Plein ecran

Des voiles islamiques pour petites filles vendus par la chaîne de magasins Marks & Spencer (MàJ)

12/10

Sur son site Internet, l’enseigne britannique vend des hijabs destinés aux fillettes âgées de 3 à 9 ans. Devant la polémique, la chaîne s’est défendue en affirmant répondre à la demande… d’écoles.

L’argent n’a pas d’odeur, et pas davantage de religion. Les magasins britanniques Marks & Spencer (M&S) en ont encore donné un exemple avec un nouveau produit mis en vente sur le site Internet de l’enseigne : un voile islamique taille enfant, pouvant être porté par des petites filles âgées de 3 à 9 ans. Cet article, vendu 6 livres sterling (presque 7 euros) et disponible en noir ou bleu marine, peut uniquement être livré au Royaume-Uni.

(Merci à Cannavaro)


Marks & Spencer a déclenché une polémique en ligne après avoir mis en vente pour 6 livres des hijabs d’uniforme scolaire pour fillettes.
‎La chaîne de magasins assure qu’il vend le hijab après qu’un «certain nombre d’écoles ont demandé cette option».‎

Les pages des médias sociaux de la société ont été inondés de messages à propos de ce voile noir, qui est en vente pour seulement 6 livres dans leur section «Équipement de base pour l’école ».‎

Mais le présentateur de radio Maajid Nawaz a critiqué cette décision, disant qu’elle «facilitait le retour au Moyen-Âge ».‎

‎Il a déclaré : «C’est leur droit de préférer les profits aux valeurs. Mais c’est notre droit de leur faire honte d’agir ainsi.[…]‎
‎Pour être clair, ceux-ci [les hijabs] sont vendus pour les petites filles dès l’âge de trois ans.‎

[…]C’est de l’apartheid sexuel. Marks and Spencer sont libres de vendre aussi des t-shirts avec le drapeau confédéré, mais je parie qu’ils ne le feront jamais.»‎

Et certains clients ont menacé de boycotter la chaîne jusqu’à ce qu’il soit retiré du stock.‎

Lorraine Smith a écrit : «Écœurant. Comment pourriez-vous tirer profit de quelque chose qui encourage l’avilissement de la femme et des enfants ? C’est indécent !‎ »

(Traduction Fdesouche)

Source

Le PS quitte son siège historique : un parti "à l’agonie" (Edito du Monde)
Une pub dans le métro de Paris contre le massacre des rats. "Ils ne sont pas une menace, ils ont le droit de vivre."

Commentaires

Accueil
Menu
X