Plein ecran

Loon-Plage : la femme qui affirmait avoir été agressée par des migrants a tout inventé (MàJ)

23/09

23/09/18

Jeudi, une femme de 48 ans dénonçait une agression dont elle disait avoir été victime. Elle racontait circuler à vélo à proximité du Parc Galamé à Loon-Plage, quand elle a été prise à partie par un groupe de sept à huit personnes. Elle disait avoir reçu deux coups de cutter au niveau des jambes, ainsi qu’un coup à la tête. Elle avait été recousue de huit points de suture.

Son audition et la confrontation avec les agresseurs présumés, des migrants afghans et pakistanais, ont permis de comprendre qu’elle avait menti. La quadragénaire a inventé entièrement l’histoire. Ce jeudi, elle a simplement fait une chute de vélo.  » Elle a reconnu avoir croisé un groupe de migrants, avoir pris peur et chuté de vélo », a indiqué le Parquet de Dunkerque à La Voix du Nord.

Les migrants qui avaient été placés en garde à vue ont donc été relâchés. La femme de 48 ans, qui présente un profil psychologique fragile, ne sera probablement pas poursuivie pour dénonciation calomnieuse. Des experts vont l’examiner pour tenter de comprendre ce qui l’a amenée à ce grave mensonge. France 3


21/09/18

(…) Après avoir chuté, la cycliste s’est défendue et débattue, et a reçu deux coups de cutter au niveau des jambes, ainsi qu’un coup à la tête. (…)

Peu de temps après, des effectifs de police dépêchés sur place ont repéré un groupe de migrants non loin de là, et ont procédé à l’interpellation de huit individus. Tous placés en garde à vue, ils sont Afghans et Pakistanais. Certains d’entre eux ont été reconnus par la victime.

France 3


Ce jeudi vers 15 h 15, une femme qui faisait du vélo dans le bois de Galamé à Loon-Plage, sur un petit chemin, entre la piscine et les terrains de tennis, a été agressée par un groupe d’environ six migrants. Alors qu’elle s’est mise sur le bas-côté pour les laisser passer, elle a été projetée à terre. L’un des migrants a sorti un cutter, lui entaillant la cuisse et le mollet, tandis qu’un autre la menaçait avec une brique. Les agresseurs lui auraient volé son vélo. (…)

(Merci à Tony)

Nantes : des migrants exploités livrent à vélo
Monia Kahsmire : Éric Zemmour m'a dit « Si ma mère avait été là, elle vous mettrait deux claques et elle vous insulterait en arabe »

Commentaires

Accueil
Menu
X