Plein ecran

INSEE : mettre ses enfants dans des collèges privés amplifie la ségrégation sociale

20/09

Selon une étude de l’INSEE publiée ce jeudi, la ségrégation sociale qui existe entre les collèges de France est le reflet des inégalités entre les différents quartiers. Mais elle est nettement amplifiée par le recours de parents à l’enseignement privé.

A Paris, le choix d’un collège privé contribue pour 45% à la ségrégation sociale. C’est en tout cas ce que dévoile l’INSEE ce jeudi 20 septembre. Dans cette étude, l’Institut a repéré deux causes pour expliquer les inégalités entre les établissements secondaires. D’une part la carte scolaire, qui tend à copier les disparités sur le territoire, et de l’autre le choix des parents, qui mettent leurs enfants dans un établissement privé. (…)

Ainsi, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Si on prend l’exemple de Paris, où le nombre d’élèves dans le privé atteint 30%, l’Insee montre que les enfants issus de milieux très favorisés socialement constituent près de trois quarts des effectifs du privé, alors qu’ils ne sont que la moitié de tous les élèves parisiens. Ils sont donc surreprésentés dans ces établissements. Au contraire, les élèves les plus défavorisés y sont largement sous-représentés. Alors qu’ils sont près de 20% de la totalité des élèves parisiens, le nombre tombe à 4% dans les écoles privées.

Des chiffres qui ne surprennent pas Bruno Lamour, secrétaire général de la CFDT-FEP (Formation et Enseignement Privé). Il indique que : « Il y a un manque de mixité sociale dans l’enseignement privé catholique notamment. » Ce type de formation représente   85% des établissements privés des niveaux primaires et secondaires. Bruno Lamour explique que ces inégalités ont toujours existé, le privé échappant à la carte scolaire. Mais aussi à cause de certaines pratiques « évidemment non assumées, de la part de chefs d’établissements, entre autres, et consistant à trier les élèves ».

Des questions préoccupantes selon l’INSEE qui voit dans le manque de mixité sociale dans les écoles  « un manque pour la cohésion nationale et l’inculcation d’une culture civique commune ». Une problématique que soulève également Bruno Lamour.  Il considère que ce modèle produit « une école qui n’a rien de républicaine, c’est-à-dire qui ne prépare pas à la vie réelle ». (…)

lci.fr

 

Migrants : à Paris, l’insoluble question des enfants des rues, "leur avenir est au Maroc"
Les dérives homophobes et puritaines de l’islam en Malaisie et Indonésie, "deux pays réputés pour leur pratique d’un islam tolérant"

Commentaires

Accueil
Menu
X