Plein ecran

Montpellier (34) : Ils avaient tenté de déloger les grévistes de la fac de droit : 8 sympathisants de la Ligue du Midi en garde à vue

14/09

Un peu moins de six mois après l’opération commando à la faculté de Droit de Montpellier, l’enquête a fait un bond en avant avec un coup de filet dans les milieux d’extrême-droite. Des policiers de la Sûreté départementale et du RAID, ont procédé ce mardi matin à plusieurs interpellations à Montpellier, Sète et dans le Gard qui se sont débouché sur huit gardes à vue. Gardes à vue qui ont été prolongées ce mercredi.

Ce sont des investigations téléphoniques qui ont permis d’identifier un petit groupe d’individus particulièrement actifs et qui ont un point commun : ce sont des sympathisants de la Ligue du Midi, groupuscule régionaliste qui se dit « identitaire, patriote et citoyen ». Parmi les suspects, deux fichés S. Surveillés parce que très proches de l’extrême droite radicale. Et, toujours selon nos informations, il s’agit d’un des fils de Richard Roudier, le président de la Ligue du Midi, et du directeur de publication du site internet Lengadoc. Ce que l’intéressé conteste.

Dans la nuit du 22 au 23 mars 2018, en plein mouvement étudiant contre la réforme de l’université, des hommes cagoulés, armés de lattes de bois avaient fait irruption pour déloger des grévistes qui occupaient un amphi. Neuf personnes avaient été blessées. Après ces violences, le doyen de la faculté, Philippe Pétel et un professeur, Jean-Luc Coronel de Boissezon, présents au moment des faits, ont été suspendus de leur fonction et mis en examen. Le premier pour complicité d’intrusion et complicité de violences et le second pour complicité d’intrusion et violences en récidive.

France Bleu

Paris : reportage dans les locaux du Demie, là où se joue l’avenir des mineurs isolés
Affaire Skripal: les deux suspects russes sortent du silence

Commentaires

Accueil
Menu
X