Plein ecran

Affaire Skripal: les deux suspects russes sortent du silence

13/09

Mercredi, Vladimir Poutine assurait que Rouslan Bochirov et Alexandre Petrov (noms publiés par Londres, vraisemblablement faux) étaient de simples civils, et les appelait à sortir du bois pour parler à la presse.

Suspectés d’avoir empoisonné l’ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille, les deux hommes russes ont témoigné jeudi sur la chaîne de télévision publique RT pour clamer leur innocence. Ressemblant aux photos des deux suspects diffusées par le Royaume-Uni, ils ont confirmé leurs patronymes – Alexandre Petrov et Rouslan Bachirov.Devant la caméra, les deux hommes d’une quarantaine d’années, ont assuré que leur présence à Salisbury relevait de la simple visite touristique.[…]

Les deux hommes, qui affirment travaillé « dans l’industrie du fitness », ont également donné d’autres détails sur leur séjour touristique anglais de trois jours, du 2 au 4 mars 2018. Le 3 mars, ils étaient déjà à Salisbury mais, à cause du mauvais temps et de la neige qui tombe ce jour-là, ils ne passent qu’une heure dans la ville. « Peut-être qu’on est passé devant la maison des Skripal, peut-être pas. On ne sait même pas où elle est! », précise Alexandre Petrov.

La réponse à cette interview ne s’est pas fait attendre à Londres. « Les mensonges et les inventions flagrantes exprimés dans cet entretien à une télévision d’Etat russe sont une insulte à l’intelligence du public », a déclaré un porte-parole de Downing Street lors d’un point presse. « Ils sont profondément offensants pour les victimes de cette attaque et leurs proches ».

Selon la version des autorités anglaises, les deux agents du GRU sont d’abord venus en repérage le 3 mars avant de revenir à Salisbury le 4, jour où ils ont contaminé la porte d’entrée du domicile de Sergueï Skripal au novitchok, un agent innervant d’origine soviétique.[…]

L’Express

Montpellier (34) : Ils avaient tenté de déloger les grévistes de la fac de droit : 8 sympathisants de la Ligue du Midi en garde à vue
Lille (59) : un clandestin guinéen de 17 ans écroué après avoir violé deux femmes à leur domicile, "il s'agit d'un dangereux prédateur"

Commentaires

Les commentaires n'engagent que leurs auteurs.

Accueil
Menu
X