Plein ecran

Belgique. Le Parti Islam : «Son discours ressemble à celui de n’importe quel populiste de ce début du XXIe siècle»

Sep
2018

Quatre partis politiques belges souhaitent faire interdire le parti Islam qui veut instaurer la charia en Belgique.

« Ceux qui pensent que ça ne représente rien se trompent. En France, en 1973, le FN faisait 1,32 %. Un score de 4 % pour Islam, c’est déjà inquiétant », alerte Georges-Louis Bouchez, élu de Mons et délégué général du Mouvement des réformateurs (MR, au centre droit de l’échiquier politique).

[…] Dans son livre Soumission , Michel Houellebecq imaginait une société occidentale glissant lentement vers la religion sous la pression d’entrepreneurs identitaires musulmans mêlant allègrement politique et religion. Le parti Islam y travaille, le talent romanesque de Houellebecq en moins… Lhoucine Aït Jeddig n’a pas lu Soumission. Ce prof de chimie de 56 ans appartient au trio des cofondateurs du mouvement. Courtois, souriant, presque tempéré, il est, d’après un observateur, « l’agneau » du bureau politique. « Vous voyez bien, nous ne sommes pas des talibans», attaque celui qui prône «un retour aux valeurs morales, d’éthique et de justice ». Finalement, son discours ressemble à celui de n’importe quel populiste de ce début du XXIe siècle. […]

« Islam est un groupuscule chiite qui entretient peu de contacts avec les mosquées de la commune», confie Françoise Schepmans, bourgmestre de Molenbeek. « En réalité, leurs deux seuls élus ne travaillent pas. Nous avons dressé un cordon sanitaire autour d’eux, comme on l’a fait avec le Vlaams Belang (parti nationaliste flamand, NDLR) et le Front national belge. » […]

« Certains jugent la politique belge assez terne, alors qu’elle est en réalité très distrayante  ! » s’égaye Caroline Sägesser, chercheuse à l’Observatoire des religions et de la laïcité. « Ce groupuscule, car c’en est un, dispose d’une base fragile. Ils n’ont que deux conseillers communaux et rien ne garantit qu’ils seront réellement capables de déposer 14 listes à Bruxelles comme ils l’ont annoncé. » L’observatrice estime qu’une grande partie de la population musulmane restera imperméable à cette offre politique. Quant à la question d’interdire ce parti, « ce serait utiliser un canon pour écraser une mouche. Le programme d’Islam n’est pas conforme aux droits de l’homme et est à rejeter à bien des égards, mais on a d’autres problèmes plus inquiétants : un FN Belge antidémocratique et raciste, une droite dure au pouvoir côté flamand et des groupuscules d’extrême droite… » […]

Le Point

Ahmet Ogras, président du CFCM sur France Maghreb 2 : "Aujourd'hui nous avons plus de 10 millions de musulmans en France (...) Quand vous descendez dans les rues de Paris, regardez le ratio"
Attaques au couteau : où se situe la frontière entre islamiste et déséquilibré ?

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu