Plein ecran

Transports : la France s’inquiète pour ses ports en cas de Brexit « dur »

21/08
Elisabeth Borne, la ministre des transports, s’inquiète d’un projet adopté le 1er août par la Commission européenne et visant à adapter le tracé du corridor maritime entre l’Irlande et l’Union en cas de Brexit « dur » – c’est-à-dire sans accord – entre Londres et Bruxelles, le 30 mars prochain.

Mme Borne a écrit, le 10 août, à la commissaire chargée des transports, Violeta Bulc, pour lui dire que son projet était « inacceptable » parce que la nouvelle liaison proposée devrait favoriser les ports néerlandais et belges, au détriment de ports français, exclus dans leur ensemble selon la ministre, alors qu’ils seraient susceptibles d’être des points d’entrée pour les transporteurs soucieux d’éviter les contrôles à l’entrée et à la sortie du Royaume-Uni.

Actuellement, le corridor mer du Nord-Méditerranée permet l’acheminement des biens irlandais via Liverpool et Londres, puis Calais et d’autres ports continentaux. À l’avenir, les transporteurs voudront éviter la perte de temps et d’argent engendrée par les contrôles britanniques. Bruxelles, anticipant une absence d’accord, veut dès lors assurer la continuité du corridor et suggère de renforcer les liens entre Dublin et Cork, du côté irlandais, Anvers, Zeebruges et Rotterdam, du côté continental.

Le Monde

Nigeria : le retour volontaire des migrants fuyant la Libye
Iran : le groupe Total quitte le pays suite aux sanctions américaines

Commentaires

Accueil
Menu
X