Plein ecran

Paris : drogue, le démantèlement du camps de migrants et de la « colline du crack » en juin dernier n’ont pas suffi (Màj)

20/08

Depuis de nombreuses années à Paris, une zone abandonnée par les pouvoirs publics à Paris est devenue le refuge de migrants, toxicomanes, qui cohabitent avec les riverains dans une atmosphère tendue. Les démantèlements de cette zone, qui ont lieu régulièrement, n’y changent rien.


Direction porte de la Chapelle, à Paris, pour cette équipe de la BAC, la brigade anticriminalité. Informés par des collègues en civil, ces policiers prennent en chasse un consommateur de crack pour tenter de remonter jusqu’au dealer. Mais pour cela, le choix du moment de l’intervention est crucial.

Le dealer a été repéré le long du périphérique, dans cet endroit surnommé la colline du crack. Le dealer est maîtrisé, interpellé et finalement conduit au commissariat. Les policiers trouvent sur lui 33 cailloux de crack d’une valeur d’environ 350 €. Il encourt une peine d’emprisonnement ferme. Une affaire somme toute banale pour la BAC, mais qui vient confirmer que le quartier de la porte de la Chapelle est redevenu depuis quelques semaines un haut lieu du trafic de crack dans la capitale. En juin dernier, un campement qui abritait 200 migrants et des dizaines de toxicomanes avait été démantelé, mais les dealers sont revenus au début du mois d’août.

Grèce : la jeunesse la plus qualifiée s'exile du pays
Racisme anti-blanc : l'ex-député MoDem Thierry Robert entendu par les gendarmes pour « incitation à la haine raciale »

Commentaires

Accueil
Menu
X