Plein ecran

Argentine : les vendeurs de rue sénégalais luttent contre les persécutions policières

Août
2018

Perçue depuis une vingtaine d’années comme une alternative face à une politique migratoire européenne toujours plus restrictive, l’Argentine de Mauricio Macri est loin d’être un eldorado pour les immigrants sénégalais… Reportage.

« Nous les Sénégalais, souffrons tous les jours de la répression policière en Argentine. Nous ne vivons pas, nous survivons… », déclarait un membre de la communauté sénégalaise lors d’une audience contre la violence institutionnelle au Parlement de Buenos Aires, le 27 juin dernier. À l’origine de cette séance présidée par la député du Front de Gauche Myriam Bregman : les nombreux actes de violence policière à l’encontre des vendeurs sénégalais de rues au cours des dernières semaines.

Arguant mener une lutte contre la contrebande, les forces de l’ordre ont lancé de vastes opérations de police visant la communauté sénégalaise ces derniers mois . À 5h du matin, le 7 juin, ils sont notamment entrés de force dans une dizaine de locaux et d’habitations de Sénégalais dans différents quartiers de Buenos Aires et de La Plata, confisquant marchandise, biens et argent. Suite à cette intervention, quatorze Sénégalais ont été placés en garde-à-vue pour « abus sur représentant de l’État ». Des accusations récusées par les intéressés, mais susceptibles de déboucher sur une procédure d’expulsion depuis la modification de la loi sur les migrations par le président Mauricio Macri. Voté en janvier 2017, ce décret, qui lui a valu d’être comparé à Donald Trump par l’opposition, vise à renforcer les contrôles aux frontières et à faciliter les expulsions.

Connue pour sa tradition d’accueil des immigrants au XXe siècle, l’Argentine tend désormais à se rapprocher de l’Europe en la matière. Estimés à 5 000 dans l’ensemble du pays, les Sénégalais font partie depuis les années 2000 du paysage de la capitale. Dans les quartiers de Once, de Constitucion, et dans les zones commerciales populaires de Buenos Aires, ils travaillent aux côtés des Boliviens, Paraguayens et autres migrants déshérités des pays voisins. En Argentine où 35% de l’économie est informelle, on croise ces « manteros » à chaque coin de rue. La vente ambulante est tolérée, mais les Sénégalais font l’objet de « persécutions systématiques de la police » selon plusieurs ONG, dont la Commission Argentine pour les Réfugiés et les Migrants (CAREF).

Vendeur ambulant à Buenos Aires depuis dix ans, Moussa a vu le comportement des autorités radicalement changer depuis l’arrivée au pouvoir de Mauricio Macri. À Liniers, dans la banlieue de Buenos Aires où il vit avec sa femme, il s’insurge devant sa télévision contre Todo Noticias, la chaîne d’info en continu : « On parle de nous comme d’une mafia organisée, mais nous ne sommes pas des criminels, nous voulons juste travailler pour vivre et aider nos familles au Sénégal. » […]

« En criminalisant les migrants, le gouvernement désigne un bouc émissaire pour détourner la population de l’échec de sa politique économique. Et en même temps, il décourage les immigrants africains de s’installer dans le pays, » analyse Boubacar Traoré, historien spécialiste de l’immigration africaine en Argentine. Au delà du comportement des autorités, la création de délits comme « l’occupation de la voie publique » participe à restreindre les droits des étrangers, les condamnant à l’illégalité.[…]

Jeune Afrique

Guerre des bandes à Paris : les familles s'organisent
Chine : Demba Ba "victime de racisme"

Derniers articles

Commentaires

Accueil
Menu