Plein ecran

Terrorisme: des sénateurs veulent inscrire le salafisme sur la liste des dérives sectaires

J-7

« La figure du « loup solitaire », largement mise en avant par les médias lors des passages à l’acte par une personne seule, n’existe pas dans le champ des passages à l’acte djihadistes ». C’est l’une des constatations qui ressort des 32 auditions effectuées par la commission d’enquête du Sénat sur « l’évolution de la menace terroriste après la chute de l’État islamique » mise en place le 11 janvier dernier. Son président, Bernard Cazeau (LREM) et sa rapporteure, Sylvie Goy-Chavent (Centriste) en présentaient les conclusions ce mardi.

63 propositions dont 10 « principales » ressortent des travaux des parlementaires pour faire face à une menace jugée de plus en plus « sournoise » depuis la chute de l’État islamique. « La plupart des passages à l’acte sur le territoire français se font dans le cadre de réseaux organisés à plus ou moins grande échelle, les terroristes bénéficiant le plus souvent d’un appui au moins logistique » note le rapport.

« Peu de terroristes ne sont pas passés par le salafisme »

Lors des auditions, « Les services de renseignement ont insisté à plusieurs reprises sur le fait que si tous les salafistes ne sont pas des terroristes, en revanche, peu de terroristes ne sont pas passés par le salafisme » relèvent les élus. À raison d’une « progression constante » du nombre d’adeptes, 5000 en 2004 contre 40 à 60 000 aujourd’hui, la commission d’enquête souhaite inscrire le salafisme sur la liste des dérives sectaires de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires). « On peut se poser des questions sur le lien entre un salafisme dur et des propos qui pourraient nuire à l’harmonie de la République (…) Il faudrait que la Miviludes voit si le salafisme fait partie des dérives sectaires ou non » précise Sylvie Goy-Chavent.
(…)

Accès au fichier FSPRT pour les maires

Souhaité par Emmanuel Macron lui-même, les sénateurs préconisent également que les maires, s’ils en font la demande, soient conviés aux réunions des groupes d’évaluation départementaux (GED) et aient accès à la liste des individus inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) présents dans leur commune. Dans chaque département, les élus veulent, en outre, « la mise en place d’un pôle de lutte contre l’islam radical ».

Les sénateurs sont restés discrets sur l’identité des personnes et des représentants services de l’État rencontrés. La plupart des auditions se sont déroulées à huis clos. De même, ils n’ont pas souhaité citer les communes où dans certains quartiers « la République a déserté ».
(…)

Public Sénat

Aubervilliers (93) : Un commerçant de la Japan Expo tué par de faux policiers
Il se filme volant un camion de pompiers qui intervenait pour secourir un septuagénaire et dit n'avoir aucun regret (Màj: rappel à la loi)

Soutenez Fdesouche

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire




Solution 2 : S'abonner avec paypal


Option A : paiement mensuel



Option B : paiement hedomadaire




Solution 3 : Faire un don par chèque


Chèque à l'ordre d'Esprit de Clocher
Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France



Solution 4 : Faire un don en Bitcoin


Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4



Commentaires

Accueil
Menu
X