Plein ecran

Nice (06) : les enfants rescapés de l’attentat toujours pris en charge

09/07
Revenir sur la promenade des Anglais, même si c’est douloureux. Cet effort, Marjorie Do Livramento Cavelier le fait pour Rose, sa fille. Il y a deux ans, elles étaient ici en famille pour le feu d’artifice, lorsqu’un camion bélier a foncé dans la foule. À l’époque, la fillette n’avait qu’un an, mais du jour au lendemain, Marjorie a vu sa fille changer. « J’ai constaté qu’elle avait beaucoup d’angoisses, beaucoup de colère, et le besoin d’être très rassurée« , explique la maman de Rose.

Ces inquiétudes, Marjorie a pu en faire part aux équipes de l’hôpital Lenval à Nice (Alpes-Maritimes). Depuis, Rose a rendez-vous chaque mois avec le docteur Battista. Quelques figurines et des jeux simples pour évoquer, mais surtout évacuer les angoisses. Un suivi pour que le stress post-traumatique ne prenne pas le pas sur le développement de Rose. Un millier d’enfants sont actuellement suivis dans le service. Cet accompagnement inédit va permettre de comprendre comment le traumatisme influe sur les tout petits, un immense progrès pour la pédopsychiatrie.

Tour de France : une sécurité maximale
Calais (62) : arrivée de la marche pour les migrants (MàJ: une vingtaine de migrants arrêtés à Calais)

Commentaires

Accueil
Menu
X