Plein ecran

« Etre français depuis vingt minutes ou plusieurs siècles, c’est la même chose »

04/07

Audrey Célestine signe le récit intime d’« Une famille française », la sienne, sur trois générations et trois continents. Une généalogie qui se confond avec l’Histoire.

Elle s’appelle Audrey, lui Julien. Nés au début des années 1980, ils se rencontrent à Paris, où ils font Sciences Po. Plus tard, ils ont une fille qui fait l’expérience de l’altérité. « Une jolie métisse », leur dit-on. Comme toutes les assignations identitaires, cette phrase cloue le bec et ne dit rien de qui l’on est vraiment.

En écrivant Une famille française. Des Antilles à Dunkerque en passant par l’Algérie (éd. Textuel//Petite encyclopédie critique), Audrey Célestine remonte l’arbre généalogique de ses enfants et inscrit les trajectoires de leurs aïeux dans la grande histoire. L’universitaire, spécialiste des questions identitaires au sein des minorités en France et aux Etats-Unis, a écouté les membres de sa famille et de celle de son conjoint. Il y a ceux qui ont fui le franquisme en se réfugiant en Algérie française ; ceux qui ont été envoyés loin de chez eux pour échapper aux bombardements de la seconde guerre mondiale ; ceux qui ont connu les allers-retours entre deux pays au gré des aléas économiques et des guerres, et dont les enfants grandissent dans la promiscuité des cités HLM de Dunkerque et de Toulon. […]

Quel est le propos politique de votre livre ?

Aujourd’hui, nous sommes pris entre deux discours. L’un parle de « grand remplacement », de racines chrétiennes, et me paraît ridicule. L’autre, que je prends très au sérieux, c’est le discours des militants antiracistes qui dénoncent le racisme politique. Je ne suis pas d’accord avec eux, mais j’échange avec eux. Les condamner n’est pas une priorité dans la France d’aujourd’hui, et je m’y refuse. Le problème, ce n’est pas le discours des militants antiracistes, mais le contrôle au faciès, les discriminations. Mon point de vue est de refuser toutes les assignations. Il y a une difficulté à ce que des catégories qui sont au départ des catégories d’oppression deviennent des catégories d’émancipation. Pour autant, je me dis facilement noire. C’est un paradoxe. […]

Le Monde

Merci à Proserpine

Italie : le migrant ghanéen qui a tué un vieil homme à mains nues venait juste d'être libéré par le juge
En Seine-Saint-Denis, l'État désemparé face à l'ampleur du nombre de clandestins

Commentaires

Accueil
Menu
X