Plein ecran

Néandertal ressuscité grâce à l’archéologie

13/06

Les découvertes archéologiques ont permis de brosser de l’homme de Néandertal un portrait beaucoup plus nuancé que celui, dressé au XIXe-XXe, d’un être «inférieur» à l’Homo sapiens. Le musée de l’Homme à Paris consacre une passionnante exposition à cet humain qui a vécu en Europe de 350.000 à 50.000 avant notre ère. Rencontre avec l’un des deux commissaires de l’exposition, Pascal Depaepe.

-Que sait-on aujourd’hui de l’homme de Néandertal ?
-C’était un humain parfaitement bien adapté à ses environnements. Il les connaissait parfaitement, il en tirait le meilleur. C’était un grand chasseur qui poursuivait les grands mammifères (rennes, chevaux, bisons, aurochs…), alors que pendant très longtemps, on a considéré que c’était un charognard récupérant les animaux morts. On pensait que Néandertal était un sous-homme et que la chasse était une activité trop noble pour lui.On a retrouvé des preuves d’utilisation d’armes de chasse par les Néandertaliens. Par exemple, on a mis au jour, sur des sites en Allemagne, des indices de pieux ou de lances en bois d’if aux pointes durcies au feu.
L’homme de Néandertal pouvait aussi se nourrir avec de petits mammifères (lièvres…), des poissons, des coquillages marins. Des analyses de tartres dentaires ont par ailleurs montré qu’il mangeait des céréales cuites.
Au passage, ces analyses ont également révélé des traces d’ingestion de bourgeons de peupliers. Lequel produit de l’acide salicylique, précurseur de l’aspirine. On a ainsi retrouvé un sujet qui souffrait d’un abcès dentaire et qui avait consommé des moisissures de champignon. C’est-à-dire un antibiotique naturel !Le Néandertalien pouvait donc tirer de la nature toutes les substances dont il avait besoin : sa nourriture, sa pharmacopée, mais aussi des éléments symboliques. […]

Par ailleurs, consultez le site des Journées nationales de l’Archéologie : ce week-end, sites exceptionnellement ouverts au public et gratuité de certains musées, comme les Antiquités nationales à Saint-Germain-en-Laye.
France Terre d'asile : "la crise migratoire est derrière nous"
François-Xavier Bellamy sur l'accueil des migrants : «Notre discours “Venez chez nous” produit la catastrophe qu'il dénonce»

Commentaires

Accueil
Menu
X