Plein ecran

Saint Ambroix (30) : un principal de collège risque le licenciement après avoir dénoncé un viol entre élèves, il n’aurait pas suivi la bonne procédure

Juin
2018

Dans un collège du Gard le principal risque le licenciement après avoir dénoncé un viol entre élèves. l’homme, qui exerce au collège Saint-Joseph à Saint Ambroix (Gard), a été suspendu en mars de ses fonctions pour avoir dénoncé une affaire de viol entre élèves lors d’un voyage scolaire. Il lui est reproché de ne pas avoir suivi la bonne procédure.

Paul Gobillot, 62 ans, a été convoqué ce lundi pour un entretien préalable à son licenciement. Cet enseignant est accusé par sa direction de ne pas avoir «suivi le protocole hiérarchique», c’est-à-dire de «ne pas avoir prévenu directement le procureur selon la procédure administrative». «Il s’agit d’une véritable chasse à l’homme car ce directeur a prévenu les gendarmes dès sa connaissance des faits. Rien n’a été caché. Bien au contraire. Qu’est ce qui dérange tant dans sa démarche? Eh bien comme la loi le stipule les officiers de police judiciaire sont tenus d’informer le procureur. La meilleure preuve en est la mise en examen de ces adolescents», réagit l’avocat du directeur, Me Philip de Lumley-Woodyear, au Parisien. […]

Le Figaro

"Médine au Bataclan ? Et pourquoi pas un concert techno-nazi à Oradour-sur-Glane ?"
Düsseldorf (All) : chasse à l'homme en cours pour retrouver le tueur d'une femme

Commentaires

Accueil
Menu