Plein ecran

Maisons-Alfort (94) : une mère de famille tabassée et mordue par un american staff en s’opposant à un rodéo. (MàJ : les agresseurs laissés libres avec un rappel à la loi)

10/06

10/06/18

Les deux agresseurs (âgés de 24 et 36 ans ) de la mère de famille, tabassée suite à ses réflexions contre les rodéos à moto ce jeudi soir, sont ressortis libres du commissariat avec un rappel à la loi.

« La voir en sang m’a vraiment fait de la peine, s’énerve une habitante. Elle a osé leur dire tout haut ce qu’on pense tout bas dans le quartier».

Le Parisien


08/06/18

 

Elle a eu le malheur ce jeudi soir de faire une réflexion à un jeune qui enchaînait les tours de moto-cross à Maisons-Alfort. Et elle a fini à l’hôpital.

Elle est rentrée chez elle le visage en sang, une morsure d’American Staff dans le dos et des touffes de cheveux en moins. Une mère de famille a été la cible d’un tabassage en règle par un homme et une femme ce jeudi soir à Maisons-Alfort. La raison ? La jeune maman de 27 ans a osé faire une réflexion à un jeune du quartier qui enchaînait les tours en motocross. Deux de ses agresseurs, âgés de 24 et 36 ans, se trouvaient ce vendredi après-midi en garde à vue au commissariat de Maisons-Alfort pour violences volontaires aggravées.

Il est un peu plus de 21 heures dans le quartier des Planètes quand cette maman de deux enfants rentre chez elle après un jogging. Elle tombe sur un homme casqué qui pilote une motocross. Il est accompagné d’une amie. « C’est récurrent ces tours de moto », soupire-t-elle. « En ce moment, c’est quotidien, confirme un voisin. Les jeunes ne pétaradent jamais très longtemps mais c’est vrai que c’est pénible. »

Mais cette fois, la mère de famille n’a pas l’intention de se taire. « Je lui ai dit d’aller faire ça ailleurs », lâche-t-elle. Très vite le ton monte. « Elle n’a pas eu la langue dans sa poche, précise une source proche de l’enquête. Mais rien qui puisse justifier ce qu’il s’est passé après. » Selon nos informations, le pilote lui crache dessus. La victime réplique par une gifle. C’est là que tout dégénère. « Il a commencé à me courir après suivi de deux copains à lui. Je me suis réfugiée dans un bâtiment qui n’est pas le mien. »

(Merci à Dysgénique)

Hautes-Alpes : 150 manifestants pro-migrants et "contre les frontières" au col de L'Echelle
A Ivry (94) , "une pédagogie d’urgence pour les enfants de l’exil"

Commentaires

Accueil
Menu
X