Plein ecran

Europe de l’Ouest : 84% contre l’immigration

29/05

Selon l’étude « Être chrétien en Europe de l’Ouest » du Pew Research Center, une très large majorité d’Européens (84% en moyenne) souhaite que l’immigration soit stoppée (« que le nombre d’immigrants dans le pays reste à son niveau actuel » : 43%) ou inversée (« que le nombre d’immigrants dans le pays soit diminué » : 38%). En France, cela concerne 83% de la population, dont 30% souhaitant une diminution du nombre d’immigrants.

Pour FdeSouche, nous avons calculé la moyenne pour les pays interrogés (correspondant à l’Europe de l’Ouest) à l’aide des populations de chacun des pays concernés et de la figure de l’étude de ce lien. Le tableau suivant présente les pourcentages par pays de personnes pensant que le nombre d’immigrés (de leur pays)…

…devrait être augmenté …devrait rester à son niveau actuel …devrait être diminué Ne se prononce pas Population du pays
Autriche 6 52 39 3 8751820
Belgique 9 36 48 7 11469204
Danemark 11 39 45 5 5745547
Finlande 12 50 35 3 5475000
France 10 53 30 7 65233271
Allemagne 9 51 38 2 82521653
Irlande 15 47 31 7 4630000
Italie 5 36 52 7 60494118
Pays-Bas 13 40 42 5 17084459
Norvège 21 43 30 6 5194000
Portugal 17 42 29 12 10291196
Espagne 13 32 39 16 46397452
Suède 16 40 39 5 10135303
Suisse 8 58 31 3 8544034
Royaume-Uni 7 57 32 4 65110276
EUROPE
(moyenne)
9.45 46.34 37.95 6.26 407077333

 


L’étude montre aussi que pour 53% des Français, il est important d’avoir des ancêtres français pour être réellement français. Le chiffre s’élève à 72% pour les chrétiens pratiquants. Il est sensiblement le même dans le reste de l’Europe de l’Ouest.

« (…) Environ la moitié ou plus dans la plupart des pays disent qu’il faut avoir des ancêtres dans le pays, ou qu’il faut être né dans le pays, pour vraiment partager l’identité nationale. Au Portugal, au moins huit adultes sur dix disent qu’il faut être né dans le pays (81 %) et partager son ascendance (80 %) pour être véritablement portugais. »

Pew Research Center

Merci à Virgile

Paris : Mamoudou Gassama rencontre ses futurs collègues sapeurs-pompiers
Police : le casse-tête des heures supplémentaires

Commentaires

Accueil
Menu
X